Magazine

UNE FAMILLE D’ORFEVRES D’ORIGINE BRUXELLOISE A PARIS :

LES VAN DIEVOET
DITS VANDIVE

 

par Alain van Dievoet.

Bruxelles, 2003.

Nombreux furent les hommes de talent originaires des Pays-Bas méridionaux, l’actuelle Belgique, à s’être installés à Paris au cour du XVIIèmesiècle. Tapissiers, graveurs, orfèvres, imprimeurs ou peintres de premier niveau, tous ont été attirés par le rayonnement universel qu’exerçait alors la capitale française dans tous les domaines des arts.

C’est ainsi qu’au XVIIème siècle, comme l’écrit Michèle Bimbenet-Privat, les orfèvres « flamands » sont innombrables à Paris. Ils forment apparemment deux groupes principaux les « Anversois » et les « Bruxellois ».

Parmi les Anversois l’on distingue Henri Dardenne natif de Huy dans le pays de Liège, Corneille Roger, Jean Vangrol, François de Wilde, la famille Van Clèves, et parmi les Bruxellois, Guillaume Ambrouck, François Commences ou de Coomans, la famille de Lens, Jacques Van Ballen et Philippe Vandivout.

Nous nous attacherons ici à retracer l’activité de ce dernier, dont le nom d’origine était Philippe van Dievoet (1654-1738), et qui sera père lui-même de deux orfèvres renommés et d’un « imprimeur ordinaire de Monseigneur le Dauphin ».

Philippe van Dievoet, marchand orfèvre et joaillier à Paris, bourgeois de cette ville, conseiller du Roi, officier de la Garde-Robe du roi, syndic général des rentes de l'Hôtel de Ville de Paris et consul de ladite ville, était un des frères du sculpteur Pierre van Dievoet(1661-1729), dont le nom est cher et familier aux Bruxellois pour être un de ceux qui leur ont donné la « plus belle Grand-Place du monde. ». Il était frère également de Jean-Baptiste van Dievoet (I663-175I), important négociant en vins établi à Bruxelles au Marché au Fromage dans la grande et belle maison appelée « le Dragon » qu’il y avait construite en 1709 sur les ruines de deux immeubles bombardés en 1695 : c’est de lui que descend de notre famille.

Mais faisons donc le point sur ce que nous savons actuellement sur Philippe van Dievoet dit par la suite Vandive, et sur ses fils les orfèvres Nicolas-Félix Vandive et Balthazar-Philippe Vandive, ainsi que sur Guillaume Vandive « imprimeur et libraire ordinaire de Monseigneur le Dauphin ».

 

PHILIPPE VAN DIEVOET

Philippe van Dievoet dit Vandive, conseiller du roi, marchand orfèvre et joaillier à Paris, garde du Corps des Orfèvres en 1701, 1702, 17I6, grand-garde en 1717, élu consul de Paris en 1721, administrateur de 1733 à 1738 au Grand Bureau des Pauvres de l’Hôpital dit des Petites Maisons, naquit à Bruxelles où il fut baptisé le 9 janvier I654 à Sainte-Gudule. Il eut comme parrain Philippe Slachmulder, très vraisemblablement son grand père maternel, et comme marraine Catherine Verhasselt. Il était le fils d’un bourgeois de Bruxelles Gilles van Dievoet décédé vers 1670, et de Catherine Slachmeulder décédée à Bruxelles le 24 juin 1660. Son père, après seulement un peu plus d’un mois de veuvage, se remaria à Sainte-Gudule, le 31 juillet 1660 avec Gertrude Zeevaert, qui elle même mourut à Bruxelles le 22 juillet 1705, après s’être remariée à Charles de Lens, bourgeois de Bruxelles, décédé le 16 avril 1701. Il fut donc très jeune, à l’âge de sept ans orphelin de mère, et un peu plus tard en pleine adolescence, orphelin de père.

Il alla s’installer à Paris en I672, à l’âge de dix-huit ans et après treize ans de séjour, il reçut des lettres de naturalisation en mars I685 à l’âge de trente et un ans, lettres qui précisent qu’il est obligé de finir ses jours dans le Royaume, et de n’être agent ni entremetteur d’aucune puissance étrangère.

Il épousa en premières noces à Paris Anne Martinot décédée en 1707, fille du fameux horloger Balthazar Martinot (1636-1716), Ecuyer, valet de chambre-horloger ordinaire de la reine Anne d’Autriche puis horloger ordinaire du roi.

Balthazar Martinot était l’un des plus remarquables horlogers de son temps. Avant l’invention capitale en 1675 par Christian Huygens (1629-1695) du ressort-spiral réglant, Balthazar Martinot, en collaboration avec Blaise Pascal et le duc de Roannez, mit au point en 1660 un système de ressort destiné à réguler le balancier des montres. Ce méchanisme porte toujours en horlogerie le nom de « ressort réglant de Martinot ».

Il fait baptiser dix enfants à Saint-Barthélemy. Parmi les parrains, les horlogers Martinot, Jean-Baptiste Jouvenet, peintre ordinaire du roi, et son frère le sculpteur Pierre Vandivout (sic). Lors de la mort d’Anne Martinot, il avait cinq enfants tous mineurs. Il donna à chacun de ses enfants en les mariant la somme de vingt mille livres. Il épousa en secondes noces en 1717, après dix ans de viduité, Marie-Catherine Lopinot, décédée quai des Orfèvres le 6 décembre 1735.

Il habita à Paris successivement rue de Harlay (1692), puis quai des Orfèvres (1702). A sa mort le 1er février 1738 il habitait toujours quai des Orfèvres « aux Balances », paroisse Saint Barthélemy. Le 2 février 1738, selon un faire-part, Mr. Vandives, ancien consul, fut enterré à St. Barthélemy. Il a fondé à Paris une messe journalière.

En France, son nom d’abord écrit phonétiquement à la française Vandivout est devenu Vandive. Dans son monumental ouvrage, le Poinçon de Paris, Henry Nocq le mentionne sous la graphie Vandivoust, Vandives ou même Wandive. Lui-même signait Vandive.

Selon une ancienne tradition de famille reprise dans une généalogie manuscrite, son nom a été changé en Van Dive par le Dauphin dont il avait été le joaillier.

Nous ignorons tout de ses débuts, et des influences qui l’ont poussé à s’établir à Paris. Remarquons d'ailleurs que son frère cadet le sculpteur Pierre van Dievoet (1661-1729) dont le talent avait peut-être été remarqué par le futur roi Jacques II qui vécut à Bruxelles de 1678 à 1679, s’établit à Londres vers 1679 sous le règne de Charles II comme le précise Vertue, il avait alors dix-huit ans, et il y resta jusqu'à la révolution de I688 qui chassa du trône Jacques II frère de Charles II.

 

SON ŒUVRE.

En ce qui concerne son œuvre, nous savons que le 23 novembre 1687, il reçut 450 1ivres pour « deux garnitures de vermeil, qu'il a faites à des vases pour le service de Sa Majesté », mais ces vases ne semblent pas avoir été conservés ou du moins, comme le fait remarquer Michèle Bimbenet-Privat, n’a-t-il pas signé ou marqué d’un poinçon des œuvres provenant de la collection royale

Ce fut l’année également de sa réception à la maîtrise « par lettres de cachet du roi ».

Le 16 mars 1688 il obtint des lettres patentes en considération des ouvrages qu'il a faits pour le roi. Il est reçu maître par un arrêt du Conseil qui l’autorise à tenir boutique ouverte dans Paris. Il devra faire insculpter son poinçon à la Cour des monnaies. Sa déclaration de poinçon n’a pas été retrouvée dans les archives.

Nicolas de Blégny dans son Livre commode des adresses de Paris pour 1692, au chapitre consacré au commerce des ouvrages d’or, d’argent, de pierreries, et de perles, cite Vandive, habitant alors rue de Harlay, comme ayant un particulier talent pour les petits ouvrages et bijouterie d’or.

Le grand architecte suédois Nicodème Tessin le Jeune (1654-1728), architecte du roi de Suède, dans la précieuse correspondance qu’il entretint avec le diplomate Daniel Cronström en poste à Paris, nous parle en ces termes de notre orfèvre dans une lettre datée du 5 avril 1703: « la vaisselle va son train et j’auroi mesme le surtout, mais il ne sera pas de Launay et Baslin, orfèvres du roy aux galleries du Louvre. Je leur ay offert 1/3 de plus pour la façon du surtout. Voicy leur réponse ; d’eux, il auroit esté du dernier bien, de Vandives qui le fait, il sera bien seulement. C’est celluy qui a fait toute la vaisselle du comte Guiscard ».

Le 7 novembre 1707, il est autorisé à faire un pot de chambre d’argent pour la reine d’Espagne.

Philippe van Dievoet dit Vandive était considéré à son époque comme étant un « fameux orfèvre » pour reprendre l’expression de Dangeau, il était également un des principaux fournisseurs de la cour. Selon une tradition de famille il était joaillier du Dauphin. Ce qui est confirmé par les archives. Il fut en effet officier de la Garde-Robe du Roi, recruté pour le service du Dauphin de 1680 à la mort de Monseigneur. Selon Michèle Bimbenet-Privat, il doit son intégration au groupe des orfèvres royaux à la protection de son beau-père, l’horloger Martinot, lui-même logé aux galeries du Louvre.

Monseigneur le Grand Dauphin (1661- 1711) avait commencé à collectionner vers 1681 et il appréciait particulièrement les gemmes. Prince affable, généreux, fin et cultivé, il fut le personnage le plus populaire de la famille royale. Comme le dit François Bluche, il est regrettable que ce Dauphin si doué, si aimé, mort prématurément, n’ait pu succéder en 1715 à son père. Il eût été le meilleur des rois.

Monseigneur le Dauphin avait d’ailleurs également des liens étroits avec Bruxelles, puisque son épouse n’était autre que la sœur de Maximilien-Emmanuel de Bavière (1662-1726),

gouverneur général des Pays-Bas, et important acteurde la reconstruction de Bruxelles après le bombardement de 1695. Les Bruxellois reconnaissant avaient placé sa statue d’abord de pierre puis de bronze sur le faîte de la maison de la Grand-Place appelée « l’Arbre d’Or », dont d’ailleurs la façade avait été ornée de sculptures par Pierre van Dievoet.

SON ENTOURAGE.

Les archives nous montrent également qu’il était un proche du célèbre peintre Jean Jouvenet. Celui-ci comme on l’a vu plus haut, fut parrain d’un de ses enfants, et également, le 12 octobre I686 Anne Martineau (sic) femme de Philippe Vandivoust (sic) est marraine de Jean-Baptiste-Antoine Jouvenet, fils du célèbre peintre Jean Jouvenet et de Marie Baronneau son épouse, laquelle est fille de Louis Baronneau, un grand horloger travaillant dans la cour du Palais, officier de la reine Marie-Thérèse et sœur de Jean-Louis Baronneau, horloger de la Reine.

 

Le 8 octobre 1692, Philippe Vandivout cité comme « orfèvre de Monseigneur le Dauphin » est témoin du mariage de l’orfèvre Claude de Drisfald avec Anne Gaillard, la veuve de l’orfèvre François de Coomans dont le nom francisé était François Commences.

Entre 1682 et 1699, Philippe Vandives « joaillier du roi » est parrain d’un des enfants de l’orfèvre François de Lens marié à Catherine Lemoine, fille du peintre Jean-Baptiste Lemoine.

Cet orfèvre François de Lens est le fils de Jean de Lens, natif de Bruxelles, « orfèvre ordinaire de Monsieur d’Orléans frère unique du roi » cité en 1636 comme demeurant au prieuré de Saint-Denis de la Chartre, qui épousa le 9 février 1643 Catherine Zveling, fille du graveur Jean Zveling et de Catherine Moncornet. Parmi les témoins à ce mariage figure Alexandre de Coemans « Directeur de la Manufacture des tapisseries du roi », manufacture dont l’origine remonte à l’établissement fondé dès 1601 par Marc de Coomans et François Van der Planken, également d’origine bruxelloise. Remarquons que la famille Moncornet était une famille de graveurs et de tapissiers bruxellois bien connue. Parmi les parrains et marraines des enfants de Jean de Lens et de Catherine Zueling, figure en 1647 Marie Van Oepstal, veuve de Guillaume de Lens, maître orfèvre de Bruxelles. Peut-être ce Guillaume de Lens est-il parent de Charles de Lens qui épousa à Bruxelles Gertrude Zeevaert veuve de Gilles van Dievoet ?

Cette Marie Van Oepstal était la sœur du grand sculpteur parisien d’origine bruxelloise Gérard Van Opstal (vers 1594-1668), un des fondateurs de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Paris.

Ces parrainages nous montrent que Philippe van Dievoet était en relations étroites avec ses compatriotes bruxellois de Paris.

Les Vandive de Paris n’ont pas non plus oublié Bruxelles et ont longtemps conservés des contacts familiaux et d’affaires avec leurs frères et cousins restés en cette ville, comme le montrent les divers actes publiés en annexe.

Philippe Vandive était ainsi présent à Bruxelles le 20 août 1714, comme on peut le lire dans les registres du notaire Pilloy : « Ce jourdhuy vingtième d'août 17I4 par devant moy Jean Pilloy notaire royal resident a Bruxelles, et les temoins sousnommez, fut present Sr. Philippe Vandive Conseiller du Roy sindic general des Rentes de l’hotel de ville de Paris demeurant ordinairement en ladite ville de Paris estant de present en cette ville de Bruxelles ».

 

Nicolas-Félix VANDIVE

Nocq dit peu de choses le concernant. Le 23 janvier 1719, demeurant quai des Orfèvres, paroisse Saint Barthélemy, il présente pour sa caution son père même adresse, et fait insculpter son poinçon:

Fleur de lys couronnée, deux grains, NFV, un coeur.

Il fut garde en 1727, 1728, 1729. Le 8 mai 1756 les gardes certifient qu'il a remis son poinçon.

Il habita successivement Quai des Orfèvres (cité en 1719 et encore le 11 juillet 1749), rue du Petit Pont (cité le 15 juillet 1750), rue du Petit Bourbon (cité le I5 juillet 1752).

Un acte du Minutier Central de Paris, daté du 9 décembre 1751, cite Nicolas Félix Vandive, marchand orfèvre à Paris, dans une procuration ou interviennent Madeleine Drouynot veuve de François Diory d’Avergny, capitaine de cavalerie et Jean-Baptiste Peyrard, inspecteur de la manufacture de tabac.

Sans doute était-il le parrain de son neveu Nicolas-Félix Vandive, avocat au Parlement de Paris, conseiller notaire et secrétaire de le Maison et Couronne de France, qui porte le même prénom que lui.

 

Balthazar-Philippe VANDIVE

Le 3 février 1714, cautionné par son père, il fait insculpter son poinçon:

Fleur de lys couronnée, deux grains, BPV, une étoile.

Balthazar Philippe Vandive épousa à Paris le 7 avril 1711, (dot 8000 £ ) Françoise-Edmée de la Haye, fille de Pierre de la Haye, marchand orfèvre joaillier et graveur de sa Majesté et de Marie Madeleine Masse, née en I682 et décédée en décembre 1754, rue des Lavandières, âgée de 72 ans. Enterrement le 11 décembre 1754 à St. Germain-l’Auxerrois.

Il fut garde du Corps des Orfèvres en 1720, 1721, 1735, 1736 et 1748; grand-garde en 1736, 1737 et élu consul de Paris en 1739.

Il habita de 1705 à 1748, au n°50 actuel du quai des Orfèvres, à la « Garde Royale », avant de s'installer à la fin de sa vie, en 1748, rue des Lavandières où il mourut en juin 1749. Les Affiches de Paris, nous apprennent que le 19 juin 1749, eut lieu l’enterrement de Balthazar-Philippe Vandives, ancien consul, décédé rue des Lavandières. Le 11 juillet 1749 les gardes le déclarent décédé.

Le 2 mars 1736, Balthazar Philippe Vandive prend pour apprenti par contrat devant Doyen et Leverrier, Jean-Simon Huguet âgé de seize ans fils de Jean-François Huguet maître tanneur.

Le 15 mars 1738, à Bruxelles, Jean Baptiste van Dievoet et les enfants de feu son frère Nicolas van Dievoet, « ambedeux uniques heritiers testamentairs de feu le Sr. Pierre van Dievoet marchand dans cette ville leur frere, decedé sans enfans le 2 mars 1729 », se présentent devant le notaire Michel Parys, pour constituer comme procureur général et spécial «  la personne du Sr. Balthazar Philippe Vandieve (sic) leur cousin marchand a Paris, pour en leur nom, et de leur part recevoir soub sa quittance ez mains des heritiers de feu le Sr. Philippe Vandieve en son vivant frère, et oncle des comparants, la somme de six cent livres tournois provenant d'un contrat sur l'hostel de ville a Paris par feu ledit Sr. Philippe Vandieve receu, ayant appartenu audit Pierre van Dievoet, parmi quoy les comparants declarent de decharger les susdits heritiers de toutes pretensions a ladite somme de six cent livres tournois, promettant, obligeants, et renonceants en forme, ainsy fait et passé dans la ville de Bruxelles les jour, mois, et an predit »

Comme nous l’avons vu, Balthazar Philippe Vandive, avant de s'installer à la fin de sa vie rue des Lavandières, habita au n°50 actuel du quai des Orfèvres, à la « Garde Royale » qui fut longtemps, ainsi que la grande maison suivante une propriété de la famille de Béthune-Sully.

Le 1er mai 1735, Louis-Pierre-Maximilien de Béthune-Sully, pair de France, propriétaire de la maison à la « Garde Royale », règle avec Balthazar-Philippe Vandives, principal locataire de ladite « Garde Royale » pour deux mille livres par an depuis le premier avril 1731 jusqu'au premier juillet 1735. Balthazar Philippe Vandives lui doit une somme de 8.500 livres, mais, produisant 8.487 livres de quittances, il ne donne que I3 livres au duc. Le 18 janvier 1737, le duc conclut un nouveau bail avec Balthazar Philippe Vandives et son épouse Françoise de la Haye, pour la « Garde Royale » quai des Orfèvres, où ils demeurent suivant les conditions du bail de 1705 qu’ils ont entre les mains.

Le 30 septembre 1746 le fils de Balthazar Philippe Vandive, François Gilles Vandive, traite avec le duc pour les réparations locatives, les baux etc… Vandives doit faire appel à un avocat qui, le 25 avril 1748, réduit à 110 livres, 16 sols ce qui est à sa charge.

Le I3 et 26 juin 1750, main-levée des saisies faites chez Vandive sur les sommes appartenant au duc qui fait payer son drapier par Vandive. Finalement il a fallu désigner des experts et le 15 septembre 1758, François Gilles Vandive et l'intendant du duc s'en rapportent à eux pour déterminer ce qui appartient à Vandive et ce qui est immeuble suivant le bail du 19 juillet 1705. Vandive peut emporter ainsi l'alcôve du premier étage, les vitrages, lambris et armoires de la « Garde Royale ».

C'est à ce moment que Pierre Germain, dit le Romain, vint s’installer à la « Garde Royale ».

François ou François Gilles Vandive, négociant à Paris, est encore cité dans le Minutier Central de Paris, le 10 mai 1751, à l’occasion d’une procuration concernant Jean-Pierre Borrekens, joaillier à Anvers. Ce qui montre que les Vandive avaient toujours gardé des contacts avec les Pays-Bas.

 

Guillaume VANDIVE, imprimeur et libraire ordinaire de Monseigneur le Dauphin.

Guillaume VANDIVE, naquit vers 1680, fut baptisé à Saint-Barthélemy sous le nom Vandivout, et mourut en 1706 après onze mois de mariage. Imprimeur libraire de Monseigneur le Dauphin, il fut reçu maître le 20 décembre 1701, à la recommandation de Monseigneur le Dauphin Louis dit Monseigneur, comme le précise Lottin, après avoir été en apprentissage d’avril 1697 à avril 1701 chez Jean Ier Boudot. Il épousa à Paris en 1705, Eléonore Prieur. Guillaume Vandive et Eléonore Prieur eurent une fille, Charlotte-Eléonore Vandive.
Nicolas Simart lui succède après avoir épousé sa veuve le 15 juin 1706.

Il était installé rue Saint-Jacques à l’enseigne « Au Dauphin couronné », vis à vis la rue de la Parcheminerie. Il publia divers catalogues des livres imprimés chez lui en 1701, 1704, 1706. Il fait remarquer qu’il dispose encore d’autres livres imprimés en France ou à l’étranger.

Il a également publié une série d’ouvrages en collaboration avec Louis Coignard, établi rue Saint-Jacques à « l’Aigle d’Or », décédé avant 1740, fils de Jean-Baptiste Ier Coignart, libraire-imprimeur du roi et de l’Académie Française, né en 1637 décédé le 10 septembre1686, et frère d’Elie Jean-Baptiste Coignart (1667-1735) renommé pour avoir publié la première édition du Dictionnaire de l’Académie Française en 1694.

Le catalogue des livres publiés en collaboration avec Louis Coignard a été édité en 1703 dans les dernières pages du livre, Moiens de réunir les protestans avec l’Eglise romaine publiez par M. Camus evesque de Belley sous le titre de l’Avoisinement des protestans vers l’Église romaine. Nouvelle édition corrigée et augmentée de remarques, pour servir de supplément, par M. ***, Paris, 1703, chez Loüis Coignart à l’Aigle d’or, et Guillaume Vandive, au Dauphin Couronné, ruë S. Jacques, avec approbation & privilège du Roy. (in 12°) L’auteur de cette édition corrigée serait le grand Richard Simon (1638-1712) lui-même, selon l’annotion écrite dans une écriture d’époque sur la page de titre de l’exemplaire que je possède. Il s’agit, comme il est dit dans la première lettre préface, d’un ouvrage qui s’adresse aux communautés des nouveaux et nouvelles catholiques, et cela près de vingt ans après la révocation de l’édit de Nantes.

 

Il publia, seul ou avec son associé Louis Coignard, surtout des livres récents ou nouveaux, en français et parfois en latin, traitant de divers sujets, notamment de théologie de tendance janséniste, parfois de négoce, et de voyage. Son catalogue contient aussi des livres destinés aux « nouveaux convertis ». On y trouve par exemple de Charles-Joachim Colbert, évêque de Montpellier, les « Instructions générales en forme de catéchisme »,ou, de Nicolas Feuillet, « Histoire abrégée de la Conversion de Monsieur Chanteau », ou encore des œuvres de Henry de Barillon, de Jean-Pierre Camus, de Vincent Houdry, d’Etienne Lochon. Il publia également « Le Parfait Négociant » de M. Savary, augmenté en cette nouvelle édition d’un « Traité des Lettres de change ». La Bibliothèque Royale de Bruxelles, Réserve précieuse, conserve de ses presses « Voyage du sieur Paul Lucas au Levant », 2 tomes, Paris, chez Guillaume Vandive, Imprimeur et Libraire ordinaire de Monseigneur le Dauphin, 1704, reliures de maroquin rouge, armoiries du grand duc de Toscane Cosme III sur les plats.

Paul Lucas avait été envoyé en 1699 comme « antiquaire du Roi » au Levant et en Orient, chargé d’enrichir de ses trouvailles les cabinets de Louis XIV et de sa belle-sœur allemande la Palatine et son livre figure, comme le dit Dirk Van der Cruysse, parmi les récits de voyage les plus vivants et les plus colorés de l’ère louis-quatorzienne.

 

Sa marque typographique consistait en trois dauphins nageant surmontés d’une couronne fermée fleurdelisée et de deux cornes d’abondance, le tout surmonté d’un listel avec la devise : « hoc duce tuta salus » : avec ce dauphin comme guide ton salut est assuré.

Guillaume Vandive mourut en pleine jeunesse à l’âge de vingt-six ans alors qu’il avait fondé une imprimerie et une maison d’édition pleines d’avenir.

Son successeur Nicolas Simart qui avait épousé sa veuve et était devenu également « imprimeur et libraire ordinaire de Monseigneur le Dauphin », a encore longtemps continué à imprimer divers livres de son fonds. Ainsi en 1731, toujours installé rue Saint-Jacques au « Dauphin Couronné », il publie une « nouvelle édition revue et corrigée » du Voyage du Sieur Paul Lucas au Levant qui contrairement aux promesses de la page de titre reproduit très exactement l’originale.

Malgré le fait qu’il ait continué à tirer tout au long de sa vie sa subsistance de l’imprimerie fondée grâce aux investissements de Guillaume Vandive, Nicolas Simart entama un procès sordide en 1727 pour réclamer à Philippe Vandive et Balthazar Philippe Vandive les frais que lui ont causé durant vingt ans l’entretien et l’éducation de sa belle-fille Charlotte Eléonore Vandive. Il n’hésita d’ailleurs pas à donner une publicité tapageuse à son procès en éditant et répandant sur la place publique le réquisitoire hargneux du procureur Baron contre les arguments de la famille Vandive. Ce réquisitoire conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris et rédigé dans un style digne des Plaideurs de Racine, mais en plus acerbe, a transmis l’écho de ce conflit d’intérêts jusqu’à nous.

 

ANNEXE 1 : TABLEAU GENEALOGIQUE

 

Famille VAN DIEVOET, dit VANDIVE à Paris.

  1. Sieur Gilles VAN DIEVOET, bourgeois de Bruxelles, décédé entre 1669 et 1673, épousa en premières noces à Bruxelles, en l’église Notre-Dame de la Chapelle, le 13 novembre 1650, (tt. D. Jean Kelegom, Pierre Rossum, et plusieurs autres), Damoiselle Catherine SLACHMEULDER, décédée à Bruxelles (Ste Gudule) le 24 juin 1660 et en secondes noces à Bruxelles à Sainte-Gudule, le 31 juillet 1660, (tt. Augustin Peeters, Jean Zeevart, frère de la future, François Jacobs, Nicolas van der Borcht, Joachim Zeevart, frère de la future, Marie de Smet, Carole La Croix, et Elisabeth Hannart), Damoiselle Gertrude ZEEVAERT, décédée à Bruxelles le 22 juillet 1705 après s’être remariée avec Charles de LENS, bourgeois de Bruxelles, elle fut enterrée le 24 dito dans l’église de la Madeleine (service à seize prêtres)

    Gilles van Dievoet eut du premier mariage avec Catherine Slachmeulder :

    1) Anne-Marie VAN DIEVOET, qui épousa à Bruxelles, St-Géry, le 22 avril 1673 (tt. Gerard Stevens, Charles Delens, et d’autres), le Sieur Pierre GODO, né à Bruxelles (St-Géry), le 26 mai 1648, décédé à Bruxelles (St-Géry), le 13 juin 1695, fils de Pierre Godo et de Catherine Stevens, (conjoints mariés à N. D. de la Chapelle le 11 février 1638.)

    2) Philippe van Dievoet, qui suit sous II.

    Gilles van Dievoet eut de son second mariage avec Gertrude Zeevaert :

    3) Pierre VAN DIEVOET, le célèbre sculpteur bruxellois (1661-1729), époux de Dorothée DE WITTE.

    4) Jean-Baptiste VAN DIEVOET le Vieux (1663-1751), bourgeois de Bruxelles, négociant en vins, époux d’Anne VAN DER BORCHT. Dont Jean-Baptiste VAN DIEVOET le Jeune (1704-1776), époux d’Elisabeth VAN DER MEULEN (1720-1769). Dont : Jean-Baptiste VAN DIEVOET (1747-1821), époux d’Anne-Marie LAMBRECHTS (1753-1781). Dont : Jean-Louis VAN DIEVOET (1777-1854), époux de Jeanne WITTOUCK, (1781-1849). Dont :

    a) Auguste VAN DIEVOET (1803-1865), avocat à la Cour de Cassation et historien du droit, époux d’Antoinette CONIART. Dont : Jules VAN DIEVOET (1844-1917), avocat à la Cour de Cassation, époux de Marguerite ANSPACH (1852-1934), fille de Jules Anspach, bourgmestre de Bruxelles. Dont postérité.
    b) Eugène VAN DIEVOET (1804-1858), époux de Hortense POELAERT (1815-1900), sœur du célèbre architecte. Dont postérité.

    5) Nicolas VAN DIEVOET (1669-1736), négociant en vins, époux d’Anne DE SMET.
  2. Philippe VAN DIEVOET, né à Bruxelles et baptisé à Sainte-Gudule le 9 janvier 1654 (ss. Philippe Slachmeulder et Catherine Verhasselt), enterré à Paris à Saint-Barthélemy, le 2 février 1738, bourgeois de Paris, marchand orfèvre et joaillier, Conseiller du Roi, Officier de la Garde-Robe du roi, syndic général des rentes de l’Hôtel de Ville de Paris, consul de Paris, grand garde du Corps des Orfèvres de Paris. Il épousa en premières noces Anne MARTINOT décédée en 1707, fille du fameux horloger Balthazar Martinot (1636-1716), valet de chambre-horloger ordinaire de la reine Anne d’Autriche puis horloger ordinaire du roi, et de N. Belon, fille de Pierre Belon également valet de chambre-horloger ordinaire de la reine.
    Il épousa en secondes noces en 1717, Catherine LOPINOT, décédée quai des Orfèvres le 6 décembre 1735.
    Le nom de Philippe van Dievoet fut changé en VANDIVE par le Dauphin.
    Lors de la mort d’Anne Martinot sa femme, Philippe Van Dievoet avait cinq enfants en vie, tous mineurs, qui suivent :

    1) Balthazar-Philippe VANDIVE, qui suit sous III.

    2) Nicolas-Felix VANDIVE, orfèvre, il fut garde (doyen) du Corps des Orfèvres, en 1727, 1728, 1729, en 1756 il remet son poinçon.


    3) Guillaume VANDIVE, né vers 1680 et décédé en 1706 après onze mois de mariage, imprimeur libraire de Monseigneur le Dauphin, reçu maître en décembre 1701 par ordre du Dauphin, après avoir été en apprentissage d’avril 1697 à avril 1701 chez Jean Ier Boudot. Il épousa à Paris en 1705, Eléonore PRIEUR. Il était installé rue Saint-Jacques à l’enseigne « Au Dauphin couronné ». Sa marque typographique consistait en trois dauphins nageant surmontés d’une couronne fleurdelisée et de deux cornes d’abondance le tout surmonté d’un listel avec la devise : « hoc duce tuta salus ». La Bibliothèque Royale de Bruxelles, Réserve précieuse, conserve de ses presses « Voyage du sieur Paul Lucas au Levant », 2 tomes, Paris, chez Guillaume Vandive, Imprimeur et Libraire ordinaire de Monseigneur le Dauphin, 1704, reliures de maroquin rouge, armoiries du grand duc de Toscane Cosme III sur les plats.
    Guillaume VANDIVE et Eléonore PRIEUR eurent une fille :

    a) Charlotte-Eléonore VANDIVE.

    4) Marie-Anne VANDIVE, épouse en 1709 ( ?) Jean-François ANDRÉ, bourgeois de Paris, marchand et ancien juge-consul. (Cités en 1761)

    5) N…. VANDIVE.
  3. Balthazar-Philippe VANDIVE, grand garde du Corps des Orfèvres en 1736, 1737, consul de Paris en 1739, décédé rue des Lavandières, enterré le 19 juin 1749, épousa à Paris le 7 avril 1711, (dot 8000 £ ) Françoise-Edmée de LA HAYE, née en 1682 et décédée en décembre 1754, fille de Pierre de la Haye, marchand orfèvre joaillier et graveur de sa majesté et de Marie Madeleine Masse, petite fille de François de La Haye, orfèvre et de Catherine Desécouttes, arrière petite-fille de Louis de La Haye, orfèvre de la Maison du roi.
    Ils eurent :

    1) François-Gilles VANDIVE, négociant à Paris (cité en 1751)

    2)Nicolas Félix Vandive, qui suit sous IV.

  4. Nicolas Félix VANDIVE, greffier au Grand Conseil (1751), greffier de l’audience du conseil du roi (1761), avocat au Parlement de Paris (1761), conseiller notaire et secrétaire Maison et Couronne de France (1774).

 

ANNEXE 2 : DOCUMENTS.

 

DOCUMENT 1

ARCHIVES NATIONALES DE FRANCE,

Lettres de Naturalité de Philippe VAN DIEVOET

ZIF 608, f. 46-47, mars 1685.

 

Naturalité De

Philippes

Vuandiuout.

LOUIS PAR LA GRACE DE DIEU

Roy de France et de Nauarre a tous presents et auenir Salut Philippes Vuandiuout originaire de Bruxelles Compagnon orphéure faisant profession de la religion Catholique apostolique et Romaine Nous a fait remontrer que depuis xiii ans ou environ estoit habitué en notre bonne ville de Paris et desirant finir ses jours sous notre obeissance comme notre sujet et regnicole il nous a été humblement fait esuplié et luy voulons accorder nos lettres sur ce necessaire, A CES CAUSES voulant favorablement traiter ledit exposant de notre grace speciale plaine puissance et autorité Royalle Nous avons led. Vuandiuout reconnu tenu causé et reputé reconnoissant, Causons tenons et reputons par ce présente signée de notre main pour notre vray naturel sujet et regnicole, voulons et Nous plaist que comme tel puisse et luy soit loisible de demeurer en notre dite ville de Paris ou autres villes et lieux de nôtre Royaume qu’il desirera et qu’il y jouisse des priuileges franchises et libertez dont jouissent nos vrays et originaux sujets, succeder auoir tenir et posseder tous biens meubles et immeubles qu’il a acquis ou qu’il poura cy après acquerir et qui luy sont donnes ou delaissez et d’eux jouir et ordonner et disposer par testament ordonnnance de derniere volonté donation autorisee ou autrement ainsy que de droit luy sera promis et qu’après son décès ses enfants heritier ou autre en faueur des quels il poura disposer luy puissent succeder pouuoir que le sont nos regnicoles tout amoy que si ledit exposant serait originaire de nôtre Royaume, sans qu’au moyen de nos ordonnances et règlement et luy soit fait aucun empechement ny que Nous puissions pretendre lesdites brans Nous appartenir pour droit d’aubaine ny autrement en quelque sorte et maniere que ce soit laissant quant a ce habilité et dispensé habilitons et dispensons sauve que pour raison de ce présent soit tenu nous payer ny a nos successeurs Roys aucune finance, delaquelle aquelle somme quelle se puisse monter Nous auons fait et faisons don et remise par ces presentes a la charge de finir ses jours en nostre Royaume, et d’en estre agent ny entremetteur d’aucune etrangerre

Si donnons en mandement a nos amis et feaux Cons. legaux tenant notre Cour des Comptes a Paris presidents et tresoriers generaux de France au bureau des finances aussibien a autres nos officiers qu’il appartiendra que ces presente ayent a faire enregistrer, a deliurer continuer faire jouir et reseu ledit Vuandiuout pleinement et paisiblement ceseant et faisant cesser tous troubles et empeschement contraires Car tel est nôtre plaisir et afin que ce soit chose ferme et stable a toujours et nous auons fait mettre notre scel acesdites presentes Donné a Versailles au mois de mars lan de grace mille six C. quatre vingt cinq et de notre Reigne le quarente deuxième signé Louis et sur le reply par le Roy, Colbert et scellees

Enregistree en la chambre avec Compliees le xxiii juin 1685.

et au bureau des finances le neuf jour de mars mvij c quatrevingthuit.

DOCUMENT 2

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE FRANCOIS VANDEN EEDE. PROT-N° 1159

Acte du 4 mai 1709, n°70

Ce iour d'huy le quattriesme iour du mois de may 1709 est comparu pardevant moy Francois VAN DEN EEDE notaire publicq, et en presence des tesmoings embas desnommez le Sr. Pierre VAN DIEVOET marchand de galons d'or et d'argent demeurant en cette ville de Bruxelles au Marché aux Herbes a l'Esguier d'Or moy notaire bien cognu, lequel a cedé et transporté comme il cede et transporte par cette au Sieur Philippe VAN DIEVOET son frere marchand orpheure iouaillier a Paris absent moy notaire stipulant pour luy, auecq promesse de garentir fournir et faire valoir meme payer faute y auroit de payement sans que ledit Sieur Philippe VAN DIEVOET soit tenu de faire aucune poursuitte et diligence si bon ne luy semble la somme de deux cent quattre vingt treize liures et quinze sols due au dt Sr ceddant par Monseigneur le Duc de VILLEROY contenue en son billet du 7e juin 1705 duement controllé a Paris le 7e decembre 1707 auecq les interests de lade somme eschue depuis le Ioe decembre audit an iour de la demande qui en a este formee iusqu’a present, ensemble les despens faits pour en avoir le payement adiugez par sentence rendue au Presidial de Chatelet de Paris le 21. ianvier dernier, moyennant pareille somme de deux cent quattre vingt treize liures quinze sols, que ledit Sr cedant reconnoit auoir recue dudit Sr Philippe VAN DIEVOET son frere en bon payement et satisfaction pour lesdt interests et depens, dont il est content, l’en quitte et decharge, et au moyen de quoy il le subroge en tous ses droicts priuileges et hypoteques ainsi fait et passe a Bruxelles le iour, mois, et an que dessus en presence de Pierre DE WITTE et Iacque WALVIS co(mm)e tesmoings a ce requis,

PEETER VAN DIEVOET

et moy notaire quod attestor

J    .VANDEN  EEDE Not 1709

 

DOCUMENT 3

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Jean Pilloy, protocole n°I2422 , acte du 20 août 1714 (n°I32)

 

132

Ce jourdhuy vingtième d'août 17I4 par devant moy Jean Pilloy notaire royal resident a Bruxelles, et les temoins sousnommez, fut present Sr. Philippe VANDIVE Conseiller du Roy sindic general des Rentes de l’hotel de ville de Paris demeurant ordinairement en ladite ville de Paris estant de present en cette ville de Bruxelles, lequel a fait, et constitué son procureur general et special -------------------------- auquel il donne pouvoir de pour luy et en son nom recevoir de quil appartiendra le remboursement du principal de la charge de Sindic general des dites rentes, dont ledit Sr. Constituant est pourveu, et jouissant ensemble les interests qui se trouveront deuz jusques au jour dudit remboursement, des receuz donner toutes quittances et descharges vallables, rendre les pieces consentir toutes mentions necessaires, et generalement & promettant obligeant et&a

fait et passé en la ville de Bruxelles les jour mois et an susdits en presence du Sr. Jean Franceois du Chatelle et Jacqz Ignace Huart temoins a ce requis

 

VANDIVE

quod attestor

J:Pilloy nots. pubs.

1714

 

 

DOCUMENT 4

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Jean Pilloy, protocole n° I247, acte du I4 juin 1719, (n° 113)

juin 17I9 113

Pardevant moy Jean Pilloy notaire royal admis par le Souverain Conseil de Brabant resident en la ville de Bruxelles et les temoins sous nommez fut present Pierre VANDIVE marchand bourgeois en cette ville de Bruxelles, lequel a fait et constitué son procureur general et special le sieur Philippe VANDIVE marchand orphevre joaillier bourgeois de Paris son frere, auquel ledit sieur constituant donne pouvoir de pour luy et en son nom recevoir de messieurs les payeurs des rentes de l'hotel de ville de Paris, ou autres qu'il appartiendra les arrerages escheuz, et qui escheront a l'avenir de quattre vingt dix livres de rentes constituées au proffit dudit Sr. Pierre VANDIVE sur les aydes et gabelles par Messieurs les prevosts des marchands et eschevins de ladite ville de Paris par contract passé pardevant mres. Roussel et son confrere notaires au chatelet de Paris le seize may mil sept cent quatorze des receus donnér toutes quittances et decharges vallables et generalement et&a. promettant et&a. obligeant et&a. fait et passé a Bruxelles le quattorze juin mille sept cent dix noeuf en presence de Monsr. Nicolas Batkin prestre, et Sieur Daniel Sire Jacobs temoins a ce requis

PEETER VAN DIEVOET

Nicolas Batkin pretre

Dll Sire Jacob

quod attestor

J:Pilloy 17I9 notspubl.

DOCUMENT 5

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Jean Pilloy, protocole n° I247, acte du 10 novembre 1719 (n° 202)

9bre 1719 202

Pardevant moy Jean Pilloy notaire royal resident a Bruxelles et les temoins sous nommez fut present Sr. Pierre Vandive marchand en cette ville de Bruxelles, lequel a fait et constitué son procureur general et special le Sr.PHILIPPE VANDIVE mre orphevre joaillier bourgeois de Paris son frere auquel il donne pouvoir de pour luy et en son nom recevoir de Mr. le garde du Tresor Royal ou de qui il appartiendra le remboursement de deux mil deux cent cincquante livres principal qui est a raison du denier 25 , quattrevingt dix livres de rente constituée a son profit sur les Aydes et Gabelles et cincqz grosses fermes de France par Messies. les prevost des marchands et eschevins de la ville de Paris par contract passé par devant mres. Jacques Roussel conseiller du Roy et son confrere notaires a Paris le seize may mil sept cent quatorze ensemble les arrerages du receu tant du principal de ladite rente que des arrerages eschuz et qui escheront et donner a qui il appartiendra toutes quittances et descharges vallables consentir toutes ment dudit remboursement faites sur toutes pieces que besoin soit rendre la grosse dudit contracte, et generalement besogner a ce sujet toutce que ledit constituant y estant present faire pourroit promettant de tenir a toujour pour bon ferme, et stable, tout ce que sondit procureur fairat et agirat en ce que dessus sous obligation, comme de droit, fait et passé en la ville de Bruxelles le dixieme de novembre mille sept cent dix noeuf en presence de Michel Doré et Francois Delt temoins a ce requis,

PEETER VAN DIEVOET

quod attestor J:Pilloy 1719 nots. publ.

DOCUMENT 6

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Jean Pilloy, protocole n°I2492 acte du 31 décembre 1721 (n° 269)

31 decembre 1721 269

Par devant moy Jean Pilloy notaire royal admis par le conseil souverain de Brabant resident a Bruxelles et les temoin sous nommez fut present le Sr. Pierre Vandive marchand en cette ville, lequel a fait et constitué son procureur general et special Sr.Philippe VANDIVE marchand orphevre joallier bourgeois de Paris et Consul en charge de ladite ville son frere, auquel il donne pouvoir de pour luy et en son nom recevoir de Messieurs les payeurs des rentes de 1 hotel de ville de Paris ou autres qu'il appartiendra les arrierages escheuz et a escheoir de cincquante six livres de rente constituée au proffit dudit Pierre Vandive icy comparant sur les aydes et gabelles sur le pied du denier quarante par contract passé devant Mres. Roussel et son confrere notaires a Paris le dixsept janvier mil sept cent vingt un des receus donner touttes quittances et decharges valables et generalement et&a. promettant et&a. obligeant et&a., fait et passé en la ville de Bruxelles le trente un decembre mille sept cent vingt un en presence de Michel Doré et Paul Daneau temoins a ce requis

PEETER VAN DIEVOET

quod attestor J Pilloy 1721 nots. pubs.

DOCUMENT 7

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Notaire Jean Pilloy, acte du 21 novembre 1722, n° 208

21 9bre 1722 208

Pardevant moy Jean Pilloy notaire royal admis par le conseil souverain de Brabant resident a Bruxelles et les temoins sous nommez fut present le Sieur Pierre Vandive bourgeois marchand en cette ville de Bruxelles, lequel a fait et constitué son procureur general et special le Sr. PHILIPPE VANDIVE marchand orphevre joallier a Paris ancien Consul de ladite ville son frere, auquel ledit constituant donne pouvoir de pour luy et en son nom recevoir de Messrs. les payeurs des rentes de l’hôtel de ville de Paris, oû autres qu'il appartiendra les arrerages escheuz et a escheoir de cincquante six livres de rente constituee a son proffit sur les Aydes et Gabelles sur le pied du denier quarante par contract passé devant Mre. Roussel et son confrere notaires au Chatelet de Paris le dix sept janvier mil sept cent vingt un, des receus donner toutes quittances et decharges vallables, et generalement et&a. promettant et&a., obligeant et&a, fait et passé en la ville de Bruxelles le vingt unieme de novembre mille sept cent vingt deux en presence de Pierre Moens et Jean Tulemans temoins a ce requis, et appelez

PEETER VAN DIEVOET

Joannes Tulemans

Peeter Moens

quod attestor JPilloy 1722 nots. publs.

 

 

DOCUMENT 8

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Jean Pilloy, protocole n° I2552, acte du 10 décembre 1727, (n°174)

10 Xbre 1727 n° 174

Par devant-moy Jean Pilloy notaire royal admis par le Conseil Souverain de Brabant resident a Bruxelles et les temoins sousnommez fut present le Sr. Pierre Vandive bourgeois marchand en cette ville de Bruxelles lequel a fait et constitué son procureur general, et special le Sr. Philippe VANDIVE marchand orphevre joallier a Paris ancien Consul de ladite ville son frere auquel il donne pouvoir de pour luy, et en son nom recevoir de Messieurs les payeurs des rentes de 1’hotel de ville de Paris, ou autres qu'il appartiendra les arrerages escheuz et a escheoir de cinquante six livres de rente constituée a son proffit sur les Aydes et gabelles sur le pied du denier quarante par contract passé devant mre. Roussel et son confrere notaire a Paris le dixsept janvier mil sept cent vingt un des receus donner toutes quittances et decharges vallables et generalement et&a. promettant et&a. obligeant et&a.; fait et passé en la ville de Bruxelles le dixieme de decembre milsept cent vingtsept en presence du Sr. Pierre Courtin et de Michiel Doré temoins a ce requis et appellez

PEETER VAN DIEVOET

Pierre Courtin

quod attestor J:Pilloy 1727 nots. publ.

DOCUMENT 9

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Michel Parys, acte du 15 décembre 1731, n° I5, protocole n° 476

-Procure pour 15

rendre une rente cap.

I5 Xbre 1731

Ce jourdhuy 15me de décembre 1731 comparurent pardevant moy Michel Parys, comme notaire, et tabellion publicq admis par le Souverain Conseil de Sa Maté, Imp. et Cath. ordonné en Brabant, resident dans la ville de Bruxelles, et en presence des tesmoins embas ci denommés, personellement les Srs. Nicolas, et Jean Baptiste van Dievoet freres, habitans bourgeois et marchands en cette ditte ville, seuls et uniques heritiers du Sr. Pierre van Dievoet aussy leur frere en son vivant marchand &a + tous trois enfans du second lit de feu Sr Gille van Dievoet et de Damoiselle Gertrude Zeevaert lesquels ont fait, et constitué leur procureur general et special ---------------------------------------------auquel ils donnent pouvoir de pour eux et en leurs noms donner acquit et decharge a Monsieur Philippe van Dievoet marchand orfevre joaillier a Paris pareillement leur frere du premier lit de tous les arrerages qu'il peut avoir receu de tout le passé iusques a ce jour, de cinquante six livres de rente qui appartenoient sur l’hostel de ville a Paris audit Sr.Pierre van Dievoet, comme aussy de luy donner pleine, et entiere decharge de la remise de la grosse dudit contract de constitution et de tous autres effets que ledit Sr. PHILIPPE VAN DIEVOET pouroit avoir, appartenant audit Sr. Pierre van Dievoet, et de vendre, ceder quitter, et transporter avec toutte garantie a telle personne moyennant tel prix, charges, clauses, et conditions que ledit procureur advisera bon estre lesditts cinquante livres de rente, et du receu dudit prix en donner touttes quittances, et decharges vallables, remettre la grosse dudit contract de constitution et generalement y faire comme si les comparants y seroient presents pourroient faire et agir, promettant, obligeants

et renonceants en forme, ainsy fait et passé dans la ville de Brux. le jour, mois, et an predit, en presence des Pierre Ceustermans, et Michel Hannoset comme tesmoins a ce appelez.

Petrus Ceustermans N:van Dievoet 1731

Michel Hannosset JBta:vandievoet

quod attestor M:Parys

DOCUMENT 10

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME

NOTARIAT GENERAL DE BRABANT

NOTAIRE Michel Parys, protocole n°483, acte du I5 mars 1738, n° I6.

 

 

Procure pour recevoir N°I6
15 mars 1738

Ce papier timbré sert a la procure donné par Sr. Jean Bapt. van Dievoet cum suis au Sr. Baltazar Philippe Vandieve a Paris pour recevoir 600 livres tournois dez mains des heritiers de feu le Sr Philippe Vandieve aussi a Paris &a

 

Ce jourdhuy I5 mars 1738 comparurent pardevant moy Michel Parys comme notaire et tabellion publicq admis au Souverain Conseil de Sa Ma Imp. et Cath. ordonné en Brabant resident dans la ville de Bruxelles, et en presence des tesmoins embas ci denommes personellement Sr. Jean Baptiste van Dievoet marchand dans cette ditte ville, item Damoiselle Anne van Dievoet assistée du Sr. Maximilien Clement aussi marchand son marit a ce que s'ensuit l'authorisant par cette, Sr. Jean Baptiste et Henry van Dievoet pareillement marchands majeurs d'age, enfans de feu Sr. Nicolas van Dievoet en son vivant aussi marchand frere du premier comparant, ambedeux uniques heritiers testamentairs de feu le Sr. Pierre van Dievoet marchand dans cette ville leur frere, decedé sans enfans le 2 mars 1729, qu'apres son deces il n'a eté fait aucun inventaire, selon l'acte declaratoir passé par devant moy notaire et tesmoins le 15 Xbre 1731 lesquels comparants nous ont dit et declaré d'avoir commis et constitué comme ils font par cette pour leur procureur g(ener)al et special la personne du Sr. Balthazar Philippe VANDIEVE leur cousin marchand a Paris, pour en leur nom, et de leur part recevoir soub sa quittance ez mains des heritiers de feu le Sr. Philippe VANDIEVE en son vivant frere, et oncle des comparants, la somme de six cent livres tournois provenant d'un contrat sur l'hostel de ville a Paris par feu ledit SR.Philippe VANDIEVE receu, ayant appartenu audit Pierre van Dievoet, parmi quoy les comparants declarent de decharger les susdits heritiers de toutes pretensions a lad. somme de six cent livres tournois, promettant, obligeants, et renonceants en forme, ainsy fait et passé dans la ville de Bruxelles les jour, mois, et an predit, en presence de Pierre Ceustermans et Christien van Bouckhout comme tesmoins a ce requis

JBta van Dievoet Anna Marie van Dievoet

Max Clement 1738 Jean Bte van Dievoetfils Nicolas H van Dievoet 1738

Pierre Ceustermans Christianus van Boeckhout

quod attestor M Parys nots

 

 

 

ARCHIVES GENERALES DU ROYAUME, Notariat général de Brabant, Notaire Jacques De Heuck, acte du 21 avril 1751, N° 6918

DOCUMENT 11

 

 

Inventaire après décès des biens de Jean-Baptiste van Dievoet le Vieux, bourgeois de la ville de Bruxelles et négociant en vins, frère de l’orfèvre Philippe van Dievoet et du sculpteur Pierre van Dievoet, baptisé à Sainte-Gudule le 6 mars 1663, et décédé dans sa ville natale le 4 avril 1751 âgé de 88 ans, au Marché-au-Fromage dans la grande et belle maison appelée « Den Draeck », « Le Dragon », qu’il y avait fait édifier en 1709 sur l’emplacement de deux maisons bombardées. Les funérailles avec service à seize prêtres, eurent lieu en l’église des Récollets, où il fut enterré dans la tombe familiale située devant l’autel de Saint-François. Il avait épousé à Bruxelles à Saint-Jacques-sur-Caudenberg le 7 juin 1696, Anne van der Borcht baptisée à Sainte-Gudule, le 16 avril 1670 et décédée à Bruxelles le 27 septembre 1707, issue du lignage Sweerts, fille de Jacques et de Dorothée de Witte qui épousera en secondes noces

le 19 juin 1697 le sculpteur Pierre van Dievoet frère de Jean-Baptiste.

 

 

***************************************************************************

 

21 april 1751 46




INVENTARIS VAN ALLE
DE CONTANTE PENNINGEN MEUBELEN, EFFECTEN, CLEEDEREN, LIJNWAERT, SCHILDEREN, BRIEVEN, PAPIEREN, BESCHEEDEN, BOECKEN ALS ANDERSINTS BEVONDEN OP DE STERFCAMERE ENDE ANDERE CAMERS VAN WIJLEN SIEUR JOANNES BAPTA VAN DIEVOET DEN OUDEN OVERLEDEN BINNEN DESE STADT BRUSSELE OP DEN 4 APRIL 1751 TEN HUIJSE VAN SIEUR JOANNES BAPTA VAN DIEVOET DEN JONGEN SIJNEN SONE &a


VERTE //


Segel 0= 9.ß

INVENTARIS VAN ALLE de contante penninghen, meubelen, effecten, cleederen, lijnwaert, schilderijen, brieven, papieren, bescheeden, boecken als anderssints bevonden op de sterffcamere ende andere camers van wijlen Sieur Joannes Baptista Van Dievoet den ouden overleden binnen dese stadt Brussele op den 4. april 1751 ten huijse van Sr Joannes Baptista Van Dievoet den Jonghen sijnen sone genomen door mij ondergeschreven als openbaer notaris geadmitteert bij haere Majesteijts Souverijnen Raede van Brabant tot Brussele residerende ende jnde presentie vande getuijghen naer genoemt ten versoecke van den voornoemden Sieur Joannes Baptista Van Dievoet, den Eerw: heere Petrus Jacobus Van Dievoet Priester ende Canoninck der Collegiale kercke van Ste Peeters tot Anderlecht soo jn eijghen naem als in qualiteijt van momboir aengestelt ende genomineert bij den voorn: wijlen Sr Joannes Bapta Van Dievoet over de minderjaerighe kinderen van wijlen Joe. // Theresia Van Dievoet daer vaeder van js Sr Joannes Franciscus Van De Velde ^ den selven alhier present^ ende jouffe. Anna Maria Van Dievoet huijsvrouwe van Sr Joannes Natalis Bodesse jnsgelijckx Notaris ende Procureur van den voorß Raede alhier present mede comparerende ende die sijne huisvrouwe ten effecte deser js authoriserende alle eenighe kinderen representanten ende gejnstitueerde erffgenaemen van wijlen den voornoemden Sr Joannes Baptista Van Dievoet den Ouden jngevolghe desselffs Testament daervan sijnde gepasseert voor den Notaris Guillielmus Henricus Haberman ende getuijghen jn dathe 22. JUNIJ 1746. ende den codicille daerop gevolght ende gepasseert voor den voornoemden Notaris de dathe JJ Junij 1748. beijde alhier originelijk gesien welck voorß testament ende codicille de voorß requiranten beneffen den voorn. Sr Joannes Franciscus Van De Velde jn den naem ende als natuerelijken momboir over sijne kinderen bij hem behouden van de voorn: wijlen joe. Theresia Van Dievoet sijn kinderende ende approberende bij desen, met verct// ren van hun naerden jnhoude der selve te sullen requiteren ende vollrenijhen &a

 

 

BEGONST OP DEN 19. APRIL 1751


In den eersten bevonden de naervolghe ende contante penninghen jn specie te weten:
Tweehondert achthien souverijnen @ vijffentwintigh schellinghen en halff het stuck maeckt jn wisselgeldt de somme van sesthien hondert seven en sestigh guldens vierthien stuyvers Dico-

1667=J4


Jtem sesthien dobbel souverijnen @ eenen vijfftigh schellinghen het stuck maeckt jn wissel geldt de somme van tweehondert vierenviertigh guldens sesthien stuijvers. Dico

244=J6


Jtem thien fransche pistolen ende twee dobbel fransche pistolen maeckt samen jn wisselgeldt de somme van hondert sessen=twintigh guldens wisselgeldt Dico J08=0

J26=0


Jtem vier engelsche guineen maeckt jn wisselgeldt de somme van vijffenviertigh guldens derthien stuijvers Dico

45=J3


Jtem drij mirlitons ende eenen dobbelen mirliton maeckt samen jn wisselgeldt de somme van drij=enviertigh guldens Dico

43=0


Jtem twee halve noailles maeckt jn wisselgeldt de somme van sesthien guldens acht stuijvers twee oorden Dico

J6=8=2


Jtem drije hondertvijffthien stucken Navarre @ seven schellinghen en halve het stuck, maeckt jn wisselgeldt de somme van sevenhondertacht guldens, vijffthien stuijvers

708=J5 //


Jtem sessendertigh halve navarren maeckt jn wisselgeldt de somme van veertighthien stuijvers Dico

40=J0


Jtem elff stucken van twee schellinghen en halve maeckt jn wisselgeldt de somme van acht guldens vijffstuijvers Dico

8=5


Jtem twee envijfftigh geheele croon stucken ende neghenentwintigh halve croon stucken sijnde samen sesensestigh croonenen halff maeckt saemen jn wisselgeldt de somme van hondert sesentachtentigh guldens vier stuijvers Dico

J86=4


Jtem eenentwintigh carembols van drije guldens vierstuijvers het stuck, sijnde samen achtentwintigh pattacons, maeckt jn wisselgeldt de somme van seven ensestigh guldens vier stuijvers Dico

67=4


Jtem drijentachtentigh halve carembols @ twee endertigh stuijvers jeder maeckt jn wisselgeldt de somme van hondert twee endertigh guldens sesthien stuijvers Dico

J32=J6


Jtem twee quaerten van carembols maeckt jn wisselgeldt de somme van eenen gulden twelff stuijvers Dico

J=J2


Jtem eenen fransche pattacon maeckt jn wisselgeldt de somme van twee guldens acht stuijvers Dico

2=8


Jtem drije nieuwe stucken van twee schillinghen en halff maeckt jn wisselgeldt de somme van twee guldens vijffstuijvers Dico

2-5 //


Jtem sesse nieuwe schellinghen maeckt jn wisselgeldt sesendertigh stuijvers Dico

J=16


Jtem twee nieuwe stucken van seven en halve stuijvers wisselgeldt maeckt vijffthien stuijvers Dico

0=15


Jtem moiet a vijffstuijvers een oordt wisselgeldt Dico

0=5=J


Alle de voorß contante penninghen bedraeghen t’samen ter somme van drije duijsent twee hondert sessenneghentigh guldens 6. stuijvers drij oorden wisselgeldt, waeraen moet cortende somme van twee guldens vier stuijs over tweeentwintigh asen die eenighe der goude specien te cort sijn weghende dus naer de somme van drije duijsent twee hondert vierenneghentigh guldens twee stuijvers drij oorden wisselgeldt Dico

3294=2=3


RENTE BRIEVEN, OBLIGATIEN ENDE NOTITIE BOECKEN &a

(op den 23. april 1751 is de duijsent guldens wisselgeldt capitael in textu hiernevens vermelt gerenboursseert)

Jerst verclaerende requiranten dat den voorn: hunnen vaeder js heffende eene erffelijcke rente van viertigh guldens t’s jaers waervan het capitael js duijsent guldens wisselgeldt tot laste der Prochie van Nosseghem, jn een meerdere capitael vandrije duijsent guldens wisselgeldt welcke renterende tweeduijsent guldens sijn competerende aen den Eerw: Heere Franciscus Van der Meulen Priester &a den welcken den selven constitutie brieff ten anderen js hebbende dienende dese alhier voor-memorie //


(Op den 2. december 1746 heeft den hre Delpiere aen wijlen Sr Van Dievoet gequieten duijsent guls. Jtem op den 22 april 1751, heeft den selven hre Delpiere aen Sr Joannes Bapta. Van Dievoet gerenbourseren duijsent guls wisselgeldt)

Jtem eenen constititiebrieff gepasseert voor heeren schepenen desere stadt Brussele de dathe 29. april 1746 onderteeckent F: J: Claessens loco P. A. De Greve geannoteert daeghs daernaer per H: J: B: Waerseghers, van eene erffelijcke rente van hondert viertigh guldens t’sJaers croiserende @ drije guldens thien stuijvers courant parcent wesende het cappitael dijer vier duijsent guldens wisselgeldt altijdt op den 22. april vallende, ten behoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent & geleest weghens den hre. Priester Gabriel Delpiere beseth & gehijpotecqueert op sekere huijs gestaen & geleghen binnen dese stadt Brussele jn de langhe waeghe straete breede jnden voorß . brieff vermelt & js jn dorso geqt.

N° J


Jtem eenen constitutiebrieff eender erfeeelijcke rente van seventigh guldens t’sJaers wesende het capitael dijer tweeduijsentguldens wisselgeldt tot laste des heeren Staeten van Brabant jn’t quartier van Brussel beseth ende bewesen op de jnnecomende rechten van het comptoir de Marie nu St. Philippe altijdt opden J. meert vallende, volghens den constitutie daervan sijnde de dathe 26. meert 1734. onderteeckent G: Vanden Broeck geannoteert ten registere den 27. ditto per J D Van Velde ^ te boeck N° 415 ^ aenden voornoemden wijlen Sr. Joannes Bapta Van Dievoet getransporteert weghens // Sr. C: De Bare & Joe. J. E. Bultinck gehuijsschen volghens daite van transport op den voet van den voorß . constitutie brieff staende js jn dorso gequotteert

N° IJ


Jtem sekeren constitutie brieff gepasseert voor schepenen des cappittels van Nijvel jn dathe JO November 1739 onderteeckent C: Louckx Greffr. eender erffelijcke rente van tweeduijsent sevenhondert vijfftigh guldens wisselgeldt capitael, geconstitueert @ vier gulds. thien stuijvers courant parcent, ende gemodificeert jngevalle van preciese betaelinghe @ vier parcent, daernaer uijt consideratie @ drije guldens thien stuijvers^ wesende 96 guldens vijf stuijvers t’sJaers altijdt den 3.november vallende^ ten behoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent ende geloefft weghens Peeter De Cuijper ende Maria Van Hemelrijck gehuijsschen, beseth ende gehijpotequeert op seven bunderen drije daghwanden landt geleghen jnde prochie van Dworp, alles breeder jnden voorß . brieff gedescribeert & js jn dorso geqt.

N° IIJ

Jtem eenen constitutie brieff gepasseert voor heeren schepenen deser stadt Brussele jn dathe 15. junij 1743. onderteeckent G: D: Van Veen eender erffelijcke rente van twee en dertigh guldens t’sJaers @ rate van vier parcent, gemodificeert jn gevalle van preciese betaelinghe &a. op achtentwintigh guldens t’sJaers @ rate van drije guldens thien stuijvers courant parcent ^ altijdt op den J0. Julij vallende ^ wesende het cappitael dijer acht hondert guldens wisselgeldt ten behoeve van den voorn: wijlen Sr. // Jan Bapta. Van Dievoet bekent ende geloeffft weghens Sieur Philippus Van Der Hecht, beseth op twee erffelijcke rente staende tot laste van den Bergh van Bermhertighijdt alhier breeder jn den selve constitutie brieff vermelt ende js jn dorso geqt.

N° IIIJ


Jtem eenen constitutie brieff gepasseert voor heeren schepenen deser stadt Brussele de dathe 5. april 1740 onderteeckent G: D: Van Veen geannoteert den 7. dito per J B Serejacobs, eender erffelijcke rente van vijff hondert sestigh guldens courant t’sJaers croiserende @ drije guldens thien stuijvers par cent wesende het capitael dijer sesthien duijsent guldens wisselgeldt altijdt op den St. Jansmisse vallende, ten behoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent, ende geloeft weghens desselffs sone Sr. Jan Bapta. Van Dievoet den jonghen beseth & gehijpothequeert op seker huijs gestaen ende geleghen binnen dese stadt Brussele op de kaesemerckt genoempt den Draeck breeder jnden voorß . brieff vermelt & js jn dorso gequotteert

N° V.


Jtem eenen constitutie brieffe eender erffelijcke rente gepassert voor heeren Schepenen deser stadt Brussele jndathe 26. novembris J748. onderteeckent J: B: Defraije loco G: D: Van Veen geannoteert den 27. d°. per G: J: B: Waersegers van tweeentwintigh guldens thien stuijvers courant t’sJaers, gemodifieert jngevalle van preciese betaelinghe op achthien guldens @ vier parcent // wesende het capitael dijer vier hondert vijfftigh guldens wisselgeldt altijdt op den 25. novembris vallende ten behoeve van den voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent, ende geloeft weghens Peeter De Godt beseth ende gehijpotecqueert op eenen boomgaert groodt drije daghwanden ende acht roeden salvo justo geleghen tot Anderlecht breeder gespecificeert jnden voorß . brieff jn dorso geqt..

N° VJ.


Jtem eene erffelijcke rente van hondert guldens courant t’sJaers @ rate van vijff parcent, wesende het capitael dijer tweeduijsent guldens wisselgeldt altijdt den 24. meert vallende ten behoeve van den voorß . wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent weghens die heeren Staeten van Brabant, jn ‘t quartier van Brussele te boeck N° J86. beseth & geassigneert op de augmentatie vanden seghel & op de jnnecomende rechten van ‘t fort St. Philippe volghens den constitutie brieff daervan sijnde de dathe Ja. augusti 1747 geteeckent G: Vanden Broeck geannoteert ten register den 4. ditto per J.D. Van Velde jn dorso geqt.

N° VIJ


Jtem eene notariale personele rentbekentenisse van viertigh guldens t’sJaers @ rate van vier guldens courant parcent wesende het capitael dijer duijsent guldens wisselgeldt altijdt den 27. junij vallende ten behoeve van den voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent & geloeft weghens den hre. Baron De Fournaux, met geloefte van beseth binnens s’Jaers, breeder gespecificeert jnden contracte gepasseert voor den notaris A. Vanden Eede jn dathe 27. junij 1741 jn dorso geq.t

N° VIIJ.//


Jtem eene ^notariale^ personele rentbekentenisse van vijffenviertigh guldens thien stuijvers t’sJaers @ rate van drije guldens thien stuijvers courant parcent wesende het cappitael dijer derthien het dert guldens wisselgeldt altijdt op den 30. September vallende ten behoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent ende geloeft weghens Louis Pieret tot Tubize, waer vooren borghe gebleven sijn Guilliam Borremans ende Elisabeth Draijlandts, breeder vermelt jnden contracte gepasseert voor den notaris G: H: Haberman jn dathe 30 Septembris J743, js jn dorso geqt.

N°. JX


Jtem eene obligatie ofte personele rentbekentenisse onder signatuere ten behoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet tot laste van de Princesse De Corswarem Looz van twee hondert viertigh guldens wisselgeldt cappitael @ vijff parcent volghens desselffs obligatie de dathe 5. Novembris 1739. jn dorso gequotteert

N° X


Jtem wordt bevonden jnden manuael boeck jn folio gebonden jn parquement behelsende de renten &a jn dorso geteeckent met den number 30. te weten folio 2°. Pachter Donckers debet capitael twelff hondert guldens wisselgeldt @ drij en halff parcent verschijnt J4. februarij waervan den rentebrieff ten sterffhuijse nieten wordt bevonden dus alhier voor MEMORIE


Jtem eene rentbekentenisse bij contract gepasseert voor den Notaris G: H: Habermans de dathe 14. feb(rua)rij 1749 waerbij Philippus De Doncker bekent eene rente van 48. guldens t’sJaers wesende jn capitael twelff hondert gulds. wisselgeldt vermelt voor der jnden voorß . contract jn dorso geqt.

XI


Jtem eene personele obligatie ofte rentbekentenisse ^onder signatuere^ van dertigh guldens courant geldt t’sJaers @ rate van drije parcent, wesende het cappitael duijsent guldens wisselgeldt altijdt op den 23. februarij vallende, met geloeffte// van beseth binnen s’jaers, ten behoeve van den voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet bekent, ende geloeft weghens desselffs sone den Eerw: Hre. Petrus Jacobus Van Dievoet canonick &a volghens desselffs obligatie de dathe 23. februarij 1751. jn dorso gequotteert

XIJ


Jtem eene obligatie tot laste van(den) voorn: Eerw: heere Petrus Jacobus Van Dievoet der somme van vijffhondert vijfftigh guldens seven stuijvers twee oorden courant geldt, maeckende jn wisselgeldt de somme van 479=15. ß tersaecke van meubelen, effecten, silverwerck &a. bij hem van wijlen sijnen voorn: vaeder overgenomen volghens deseve obligatie de dathe 20. julij 1746. jn dorso gequotteert

N° XIIJ.


^^ Jtem eene obligatie tot laste vanden selven heere Petrus Jacobus Van Dievoet de dathe als de voorgaende ter somme van twee hondert twintigh guldens seventhien stuijvers per wisselgeldt J89=6ß . over & ter saecke van meubelen bevonden jn het huijs tot Anderlecht js onder geqt.

N°XIIIJ


Jtem eene obligatie tot laste van Sr. Jan Bapta. Van Dievoet cum uxore ter saecke ende de dathe als de voorgaende van eene somme seven hondert eenen vijfftigh guldens vierthien stuijvers een oordt courant maeckende jn wisselgeldt de somme van sessehondertvierenvierthig guls. sesse stuijs. 2. oorden deselve obligatie jn dorso geqt.

N°XV.


Jtem eene obligatie van drijentwintigh souverijnen maeckende jn wisselgeldt de somme van drije hondert eenen veijfftigh guldens achthien stuijvers ten behoeve van den voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet, ende ten laste van desselffs sone Sr. Jan Bapta. Van Dievoet de dathe 23. februarij 1751. is jn dorso gequotteert

N° XVJ


Jtem eene obligatie van sessehondert guldens wisselgeldt de dathe 13. Octobris 1747. tot laste van Sr. Joannes Franciscus Van de Velde & joe. M: C: Vander Straeten // gehuijsschen ten behoeve vanden voornoemden wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet met gelaste van restitutie naer desselffs afflijvigheijdt js jndorso gequotteert

N° XVIJ.


Jtem eene obligatie van vijffhondert vier en viertigh guldens neghen stuijvers courant geldt tot laste van den voorn: Sr. Joannes Natalis Bodesse ende joe. Anne Marie Van Dievoet gehuijsschen ter saecke van overgenomen silverwerck, mitsgaeders neghen endertigh guldens seven stuijvers twee oorden courant over sesse silvere Echten maeckende saemen vijff hondert drije ent’achtentigh guldens sesthien stuijvers twee oorden courant ende jn wisselgeldt de somme van vijffhondert guldens acht stuijs. 2. oorden wesende deselve obligatie de dathe 20. julij 1746. & js jndorso gequotteert

N° XVIIJ


Jtem eene obligatie van eenent’achtentigh guldens een oordt courant maeckende jn wisselgeldt de somme van neghen en sestigh guls. neghen stuijs. tot laste vanden voorn: Sr. Joannis Natalis Bodesse, ende tenbehoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet de dathe 31. meert 1748 js jn dorso gequotteert

Numero XJX


Jtem eene obligatie van vierhondert guldens wisselgeldt ten behoeve vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet ende tot laste vanden voorß . Sr Jo(ann)es Natalis Bodesse cum uxore de dathe 6. junij J750. js jn dorso geqt.

N° XX //


Jtem drije differente obligatien op een papier geschreven ten behoeve van den selven wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet, ende tot laste van sijnen sone den voorn: Hre Petrus Jacobus Van Dievoet maeckende t’samen de somme van neghen hondert vijffthien guldens elff stuijvers een oordt courant geldt ende jn wisselgeldt seven hondert vierent’achtentigh guls vijffthien stuijs. 1. oordt jn dorso geqt.

N° XXJ


Jtem eenen wisselbrieff de dathe 24. Septembris 1732. van twee hondert eenen viertigh ponden vijff schellinghen sterlins tot laste van Monsr. Dalij Carrowinckellij jnt contij of Gallowaij Jrland met het protest dijer jn dorso gequotteert

N° XXIJ


Jtem drije distincte obligatien ten behoeve van wijlen den Eer: heere Petrus Van Dievoet onderpastoir tot Anderlecht, tot laste van fff Douariere De Saverneel de jerste van hondert twelff guldens courant de dathe 2. maij 1735 de tweede van sessen vijfftigh guldens courant de dathe 10. junij 1735. , ende de derde van eenenderthigh guldens thienstuijvers courant de dathe 29. December 1735 aen een gehecht ende jn dorso geqt.

N° XXIIJ


Jtem eenen manuael boeck jn folio gebonden jn parquement behelsende de renten &a van wijlen den voorn: Sr. Jan Bapta. Van Dievoet jn dorso geteeckent N° 30. & nu geqt.

N° XXIIIJ. //


Jtem sekeren manuael boeck jn folio gebonden jn parquement, behelsende de actien ende credieten der coopmanschappen &a. vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet, met noch sekeren boeck wesende den jndex ofte letterboeck vanden voorß . manuael boeck sijnde jndorso nu geqt.

N° XXV.


xx Jtem eene acte gepasseert voor den notaris G: H: Haberman de dathe 9. meert 1746. waerbij Joe. Anna Maria Van Dievoet, renuntieert ten behoeve van haeren vaeder den voorsc: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet aende successie van wijlen haere suster joe. Catharina Van Dievoet js jn dorso geqt.

N° XXVJ


Jtem eene Enghelsche staende horlogie

Jtem twee silvere candelaers weghende dertigh oncen en vijffthien enghelsche

Jtem eenen snutter ende snutter bacxken weghende t’samen neghen oncen vier enghelsche

Jtem eenen silveren croes weghende ses oncen ses engelsche

Jtem vier paer silvere gespen ^daeronder^ twee paer met staele chappel

Jtem eene silvere snuijffdoos wesende het bovendecksel van peirel d’amour & het onderdecksel van schilpadde


Jtem een silvere beughelkens met een groene seijde borsseken


Jtem eenen gouden trouwrinck


Jtem een cachet waervan de handtheeft js van coper & de onderplaete van goudt


Jtem een clijn pintien met selver deckselken & clijn silvere nachtlampken


Jtem een silvere weijwatervat weghende thien oncen vijff enghelsche


Jtem eene silvere sackhorlogie met silvere ketinghe


Jtem een treckpotteken met silvere ketincxken


Jtem een kasken oft port de monter


Jtem eenen Jmperiael met catoene behanghsel


Jtem eenen tombeau met een groenstoffe behanghsel


Jtem eenen bureau met sijne laijen //


Jtem een jngeleijdt schribaen, ende tafel met de laije


Jtem eenen grooten spieghel met sijnen bruijnen leest & vier clijne schilderijen & vier belde en 8 met hunne leesten & gelas daervoor


Jtem eene kniel bancke, een schudtsel van ses blaederen, & eenen kackadoor, met eenen ardepot


Jtem eenen setelstoel beckleedt met rooden trijp, eenen biesen setelstoel met blauw kussen ende ^acht andere roode^ biese stoelen met acht stoelkussens


Jtem een pluijmen bedde met hooftpelinck een hooftkussen, drije mattelassen, wolle hooftpelinck & eenen stroijsack


Jtem drije witte sargien, ende eene catoene gestickt sargie, ende eenen pluijmen beulinck, drije slechte kussens waervan twee met stoff sijn overtrocken, & een sacxken met pluijmen


Jtem eene gelaese kasse met een Marienbeldt, eenen gecruijsten Christus op een swaert frueelen paneel & vergulden leest, een Crucifix met eenen houten Christus daeraen hanghende,


Jtem eenen drij dobbelen houthen koulback, twee houte stoelen & vijf oude biese stoelen, & houte schinckback

Jtem een clijn coperen moreken, een copere beddepanne, coperen brassier, & thenne spoelcomme


Jtem vier bruijne caffe tassens met ses schotelkens, ende vijff witte the tassen & ses schotelkens, ende noch een bruijn schotelken, eene witte spoel comme, ende suijckerback, witte perselijne comme met decksel,


Jtem ses clijn vergulde consollekens met twee andere consollen, & eene guarde visage & twee tafels & cleerborstel, & riedtstock met coperen appel


Jtem eenen brandelaer met sijne twee copere bollen, een eijsere castoirken twee ijsere tanghen & eene schuppe een cast roosterken, & eenen deghen met agathen gevest & ijseren snutter, twee houte leeuwkens //


OP HET WERCKCAMERKEN BEVONDEN


Jtem twee schaillien


Jtem eene werckbancke met den stoothaeck banckhaeck en(de) twee aenveldekens drij ijsere & drije copere passers, vijff veijs thanghen, vier ijsere scheieren, eentancxken vier burrainx, ijseren alpha betha, vier clijn winckel haecken, dertigh veijlen en raspen samen, achtentwintigh batelkens soo groote als clijne waeronder eenighe saeghkens sijn, acht schaeven, twee ijsere mamers, ijsere borse oft capmes, eenen houten hamer, twee messen, eene ijsere groote veijse, seven houte boren, & twee ijsere bore, ende eenen eggher, copere reghelbert, ende coperen graetboegh een sneijmes, eenighe draeijltiens & boghe, & saeghmesken, eenen vremden voetmaet, ijseren lepel, twee saeghen, thenne lampkens, lijmpot, thennen hinckpot, drije copere sonnewijserkens drije sleijpsteenen, handtsaeghe, ses brillen, een vergrootgelas, & een clijn casken, een stock ebbenhout, drij naghelbacken & peruckhooft, eenen grooten lessenaer, ende ruststoel, een tafel met twee laijen, een dobbel regelbert, twee schallien,


OP DE GROOTE VOORCAMER BEVONDEN


Jerst eene schilderije representerende Ons Lieven Heere met Ste. Petrus & Paulus
Jtem een Zeestuck, jtem vijff stucken representerende portraiten vande familie, Jtem noch drije andere portraitstucken van eene andere familie, beneffens noch drije andere clijne schilderijen,

Jtem eene claversinghe met dobbel clavier gemaeckt door Mahue //


BEVONDEN OP DE STERFFCAMERE DE NAERVOLGHENDE CLEEDEREN ENDE LIJNWAERT


Jtem eenen swaerten laeckenen mantel, casack, jupon, ende drije broucken


Jtem eenen couleren laeckenen casack met swaert jupon, ende couleuren mantel


Jtem twee catoene slaepjacken drij kalemandere nachtrobens, eenen hoedt, twee paer schoenen,


Jtem twee paer swerte & twee paer witte kaussens, een paer catoene kaussens, een paer swaerte saijhette ghetten,& drije paer haere kaussens


Jtem twee witte baije slaeplijven, & een roodt baije slaeplijff, een wit bombesijnen slaeplijff, seven calsons


Jtem vierthien paer slaeplasckens, sesthien flauwijnen, achthienhemdens, seventhien servietten, neghen handtdoucken, thien witte gordijnen


Jtem vierentwintigh crawatten, neghen en dertigh paerponnetten, vierthien ondermutsen, eenigh swaert vloes, een paer wanten, eenmoussel


Jtem een stuck lijnwaert metende drijenvijfftigh ellen


Jtem vier wulle slaepmutsen & eendeel oudt lijnwaert & voorts een deel pluijs merckt

BEVONDEN JNDE BIBLIOTECQUE DE NAERVOLGHENDE BOECKEN


BOECKEN JN FOLIO


Jerst twee Attelassen van Blauw

Jtem Dictonaire universele francois et latin 3. Volumina

Jtem De legende der heijlighen 2. Volumina

Jtem Theatrum jnstrumentorum Jacobi Besconi

Jtem De Veldbauw oft landtwinninghe //

Jtem de Costuijmen van Brussel

jtem Dictionaire Ecolomicq

Jtem Leven der Vaderen

Jtem den herbarius ofte Cruijtboeck van Dodoneus

Jtem florimonde vande ketterije

Jtem histoire de Juifs per Flavius Josephus

Jtem de kerckelijcke historie door Pater Hazaert 4. tomen


BOECKEN IN QUARTO


Jtem dictionaire universele geographicq

Jtem Dictionaire Mathematicq par Osanam

Jtem Leven der heijlighen van het Nederlandt 2. tomen

Jtem Voijage de Lebrun 5. Volum.

Jtem Christelijcken Waersegher

Jtem den Wegh der Volmackheijdt door de H: Theresia 2. Volum:

Jtem Grand Dictionaire francoise et flamand 2. Volumina

Jtem Statutum Architutelæ urbis Bruxellensis per Huijghens

Jtem Troostschrift voor de Roomsche Catholicken

Jtem Dictionaire des Drogues par Nicolas Lemerij

Jtem verscheijde placcaeten & reglementen

Jtem Catholijcken Pedagoge

Jtem Jacobus Catz


BOECKEN IN OCTAVO ENDE JN DUODECIMO


Jtem Histoire universele par Bossuet 3. Volum:

Jtem Histoire de france par Ragoirs

Jtem histoire de france par Mezeraij 7. Volumina

Jtem den Nieuwen Christelijcken onderwijser twee stucken //

Jtem Historie de la guerre de flandre par Strada 3. Volumina

Jtem het suplement van Strada 2. Volumina

Jtem Les delices de Paijbas 4. Volumina

Jtem Le Voijage de l’Europe 3. Volumina

Jtem Memoire de Commines 3. Volumina

Jtem La Conversion de l’Engleterre par R: Pere Niceron

Jtem dictionaire Jtalien et francois 2. Volumina

Jtem Histoire de Vieux et noveau testament

Jtem L’homme detrompé 3. Volum:

Jtem Voijage de Tavernier 3. Volum:

Jtem La vie de Charles V. 4. Volum:

Jtem de daden van Keijser Carel

Jtem La Science des Confesseurs

Jtem Petri Messias historie

Jtem Les lettres de Sascij 2.Volum:

Jtem Prieres affectives 3. Volum:

Jtem den Roomschen Cathecismus

Jtem den Geestelijcke Bedelaer par Gierson

Jtem Christelijcken Vaeder op de Epistelen 5. Volumina

Jtem den Leijdtsman der sondaren

Jtem Meditatien op het geheel jaer 2. Volumina

Jtem Oefferinghe der Volmaecheijdt door Rodriges 3. deel

Jtem het Masker vande Weirelt

Jtem Sermons sur les mystaires de Notre Seigneur //

Jtem meditatien tot de H: Communie op alle geboden feestdaeghen

Jtem Le mistaire de l’Amour divin

Jtem Godtvruchtighe gepeijsen op de besonderste feestdaghen van’t jaer

Jtem den Seraphienschen Sterrenhemel 4. Volumina

Jtem Le Conseil de la Sagesse 2. Vol:

Jtem Semons sur Le mistaire de Notre Seigneur

Jtem Brieven van Sales

Jtem Geestelijcken Leijdtsman 4. Vol:

Jtem Minnesuchten vanden H: Augustinus

Jtem L’Esprit de St. Evangile

Jtem Epistelen & Evangelien

Jtem Geestelijcke bemerckinghen per Crachet 4. deelen

Jtem Brieven vanden H: Hieronijmus 2. Vol:

Jtem Meditatien door Craijwinckel 2. Vol:

Jtem verschil tusschen het eeuwigh ende het teijdelijck

Jtem het Leven Ons Heere

Jtem jnstruction Chretienne pour servier ala Mort

Jtem Politicque de Moeurs

Jtem onderrichtinghe op het H: Sacrement

Jtem Notarius Belgicus

Jtem Criosité dela Nature 2. Vol:

Jtem Secretes D’Emerie 2. Vol:

Jtem quisinier francois

Jtem Relation des Jndes et de la Chine

Jtem Parolles de bon Mots

Jtem den Natuerlijcken toverboeck

Jtem Manieren om wel te bidden

Jtem Cort begrijp van de h: Theresia

Jtem L’anné Saint

Jtem Le Sicle de fer

Jtem La Science des Arts

Jtem Lettres familieres //

Jtem Meditatien vande ponten

Jtem Histoire D’hollande

Jtem Enchiridion Medicum

Jtem historie van Ons heere


Jtem Entretien jnterieur sur les Mistaires de Notre Seigneur

Jtem onderwijs van Sales

Jtem Genie de la langue francoise

Jtem den Geestelijcken Zielbestierder

Jtem troostelijck onderwijs

x Jtem Chatecismi Catholici explicatio

Jtem Histoire de troubles D’hongrie

Jtem een saemespraecke &a van Ste. Augustini

Jtem Dictionaire Geographicque

Jtem L’art de parler 2. Vol:
Jtem L’homme de Cour

Jtem Meditatien van(den) H: Augustinus

Jtem Memoires sur la Commerce des hollandois

Jtem L’architecture militaire

Jtem La bile de Schacie 37. Vol:

Jtem Choix de bon mot

Jtem traité d’Orloge

Jtem den Woorden Schat

Jtem Secret piemontois

Jtem Mathematische Vermaeckelijckheden

Jtem Catholijcke leeringhe door Bossuet

Jtem Gramaire Espagnol

Jtem Troost der Zielen

Jtem Discours de Jubile

Jtem Minnesuchten vanden H: Augustinus

Jtem offeninghe van’t jnwendigh leven

Jtem Charle V 2. Vol:

Jtem Histoire Cronologique de Papes

Jtem Oevres de Quivedo

Jtem Lasarille de Torme

Jtem route de france et d’Espagne

Jtem discour panagericque

Jtem traite de la Communion par Bossuet

Jtem principes Phisiques //

Jtem gramere flamand

Jtem Parfait Gramere


Jtem 24. gebondene Clef de Cabinet ende andere ongebonden, beginnende vanden jaere 1705 tot dese teijden waer jnne begrepen vier Mercuers gebonden


Jtem drijen twintigh boecxkens met eenighe Almanachken


ALDUS gedaen, gejnventarieert, ende ende geslothen opden 21. April 1751. naer vooorgaendelijck door ordre der requiranten mij Notario getransporteert te hebben bijden persoon van den voorn: Sr. Joannes Franciscus Van De Velde ten eijnde van hem te begeven ten voorß . sterffhuijs tot het sluijten & teeckenen van desen voorß . Jnventaris vermits hij op den 19. deser het selve hadde gerefuseert te doen, den welcken het selve ^andermael^ heet gerefuseert & geantwoordt dat hij over het Testament hem sal begeven jn rechten daer ende alsoo, ende dat sij requiranten met den jnventaris connen voortgaen, waerover hebbe geprotesteert van diligentie, Ende dijensvolghens desen jnventaris geslothen desen 21. April 1751. ter presentie van onder protestatie van ten desen te suppleren allen hetgene alnoch soude connen bevonden worden aenden voorn: lu Sr. Jan Bapta. Van Dievoet hunnen vadere competeren, ter presentie Sr. Petrus Keustermans ende Sr. Jan Herremans als getuijghen hiertoe aensocht

Jbte van Dievoet

Petrus van Dievoet et q: q:

Anna Marie van Dievoet

J N Bodesse 1751

Petrus Keustermas

J Bte Hermans


J: De heuck NOT(ARIU)S
//

VERCLAERENDE DE VOORß . Requiranten naerhet sluijte van desen jnventaris alnoch bevonden te hebben te competeren aen wijlen den voorn: Sr. Jan Bapta. Van Dievoet het volghende


Jerst noch twee paer slaeplaeckens, seven couleure neusdoucken, blauwt lijnwaert voor een kusse, ende een pluijmen hooftkussen


Jtem eenen silveren haeck & Ghooghe van eene nachtrobe


Jtem twee spaensche leire stoelen, & twee oude biese stoelen, eenen slegten schinckback, een wafelijser, een copere compas & eene bruijne Caffé Tassé


Jtem twee schilderijen, d’eene representerende Onse Lieve Vrouwe met het kindeken Jesu & Ste. Jan, ende d’ander representerende eene hertejacht


Jtem seven boecken van Donquichotte


jtem Beverwijck, Cats, Walckiers, jn quarto,


Jtem Mathias Faber Contionator jn folio, ende Schola jtalica


ALDUS naeder gejnventarieert ten versoecke der requiranten beneffens den voorn: Sr. Joannes Franciscus Vande Velde jnden naeme & als natuerelijcken momboir over sijne kinderen bij hem behouden van wijlen Joe. Theresia Van Dievoet sijne gewesene huijsvrouwe, de welcke voorts verclaeren geconvenieert te sijn dat alle de meubelen ende effecten vanden voorn: wijlen Sr. Jan Bapta. Van Dievoet publieckelijck sullen worden vercocht, alles onder expresse protestatie van hun jneenigher manieren met te prejudicieren & voorts dijens volghens jn alles geheel te blijven soo jn rechten als daerbuijten aldus gedaen & gepasseert desen 11. Junij 1751. ter presentie van Dheer Franciscus Lanné Greffier &a. & Jan Hermans als getuijghen heertoe aensocht


Jbte. van Dievoet

Anna Marie van dievoet Petrus van Dievoet can Ander

J: F: Vandenvelde J N Bodesse

F Lanne Joes Hermans

J: Deheuck NOT(ariu)S